F.2. Éphèse (1e partie)

Évangélisation d’Éphèse

Après avoir traversé les hauts plateaux, Paul arrive par la vallée du Méandre dans la grande cité d’Éphèse.

D07 B2

St Aquilas et Ste Priscille

Il n’arrive pas en terrain complètement inconnu, puisqu’il est déjà entré dans la synagogue pour parler avec les Juifs, lors de son récent voyage de Corinthe à Antioche de Syrie (cf. D.8. Corinthe (2e partie) et Ac 18,19-20). Et puis, à l’époque, il avait laissé là ses amis Priscille et Aquilas, qu’il retrouve avec joie. C’est sans doute par eux qu’il apprend l’histoire d’Apollos (voir épisodes précédents).

St Luc nous rapporte plusieurs épisodes du séjour de Paul à Éphèse.

F02 A1

Vitrail du Saint Esprit – Basilique St Pierre de Rome

Le premier épisode est la rencontre de Paul avec « une douzaine » de « disciples ». Ils avaient « embrassé la foi » après avoir reçu le baptême de Jean-Baptiste, et connaissaient le nom de Jésus, mais sans avoir « reçu le Saint Esprit » (cf. Ac 19,1-7). On est étonné de cette situation. Étaient-ils des disciples de Jean-Baptiste, partis de Judée après la mort de leur maître ? Ou bien ont-ils été convertis par des disciples du Précurseur de Jésus ? Cela montre en tout cas combien le rayonnement de Jean-Baptiste était grand, bien au-delà des frontières de Judée. Après les avoir enseignés, Paul baptise ces douze hommes au nom du Seigneur Jésus, leur impose les mains, et le Saint Esprit vient sur eux : ces « chrétiens embryonnaires » sont pleinement évangélisés par ceux qui ont rencontré le Christ, les chrétiens de la Pentecôte, dont Paul fait partie.

F02 A2

St Paul enseignant – Fresque du 6e s – Grotte St Paul à Éphèse

Ensuite, durant 3 mois, Paul fréquente la synagogue, discutant avec les Juifs d’Éphèse.

Au bout de ce temps, l’opposition se durcit, alors Paul prend avec lui « les disciples » (les chrétiens existant avant son arrivée et les « douze » convertis depuis son arrivée), et s’installe dans l’école de Tyrannos. On peut supposer que Paul loue ce local qui servait de salle de classe. On peut aussi penser que Tyrannos était un de ses disciples, un des premiers chrétiens d’Éphèse. La version occidentale du texte des Actes dit que Paul rassemblait les disciples « de la 5e à la 10e heure » (de 11h à 16h), c’est à dire pendant les heures chaudes, durant lesquelles s’arrêtait toute l’activité de la ville.

F01 A1

Épaphras

« Cela dura 2 ans, de sorte que tous les habitants de l’Asie, Juifs et Grecs, entendirent la parole du Seigneur » (Ac 19,10). Ce verset laisse entendre que Paul et ses disciples ont rayonné dans toute la région. Ceci semble confirmé par une salutation extraite de la première lettre aux Corinthiens, écrite d’Éphèse : « Les Églises d’Asie vous saluent. » (1 Co 16,19) Nous avions déjà vu que Laodicée, Hiérapolis et Colosses font partie de cette région d’Asie. Ces villes ont sans doute été évangélisées par un collaborateur de Paul : Épaphras.

Luc nous rapporte aussi que « cela » dura 2 ans. « Cela » ne semble pas désigner l’intégralité du séjour de Paul puisque, plus tard, en repartant vers Jérusalem, Paul parlera aux « anciens » d’Éphèse, et évoquera un séjour de 3 ans dans la ville (Ac 20,31).

F02 A3

Les miracles de Paul à Éphèse – Jean Restout

La présence de Paul ne passe pas inaperçue. Car « Dieu opérait par les mains de Paul des miracles peu banals, à tel point qu’il suffisait d’appliquer sur les malades des mouchoirs ou des linges qui avaient touché son corps : alors les maladies les quittaient et les esprits mauvais s’en allaient. » (Ac 19,11-12)

Deux autres anecdotes nous sont encore rapportées par Luc. La première décrit la mésaventure d’exorcistes juifs ambulants qui, voyant la puissance à l’œuvre en Paul s’essaient à exorciser au nom du « Jésus que Paul proclame », et se retrouvent malmenés par les esprits mauvais. (Ac 19,13-17)

F02 A4

St Paul prêchant à Éphèse – Eustache Le Sueur

La deuxième anecdote raconte qu’en conséquence de la première, beaucoup de personnes s’adonnant à la magie décident de brûler leurs livres, ceux-ci représentant une somme de 50.000 pièces d’argent (Ac 19,18-19).

Il est évident que ces anecdotes ne sont que quelques exemples, parmi beaucoup d’autres, d’un séjour qui a marqué l’implantation durable d’une forte communauté chrétienne à Éphèse.

Paul, ayant le projet de rendre visite aux communautés fondées lors du précédent voyage, à Philippes, Thessalonique, Bérée et Corinthe, il envoie alors ses collaborateurs Timothée et Éraste en Macédoine.

 

 

Sur les pas de Paul

On trouvera ci-dessous une modélisation 3D de ce magnifique théâtre.

On trouvera d’autres photos d’Éphèse sur les sites suivants :

Éphèse et le temple d’Artémis

Au temps de Paul, la ville d’Éphèse est l’une des grandes villes de l’empire, avec environ 100.000 habitants. Le monument faisant la fierté de la ville, classé au nombre des sept merveilles du monde antique, est l’ « Artemision », le colossal temple d’Artémis : 138 m de long, 72 m de large, et 127 colonnes, hautes chacune de 30 m. Le tout construit entièrement en marbre (à l’exception de la charpente). À titre de comparaison, le Parthénon d’Athènes est long de 70 m, large de 30 m, avec 58 colonnes.

Le culte d’Artémis est l’une des sources importantes de richesse de la ville, par l’accueil des pèlerins et tout le commerce qui en résulte.

F2 B1

Plan du temple d’Artémis

F2 B2

Reconstitution à l’échelle 1/25e, au parc Miniatürk d’Istanbul

Sur le lien ci-dessous est proposée une visite (en anglais) de la reconstitution 3D d’Éphèse, romaine puis byzantine.

Ci-dessous, ce qui reste de cette merveille du monde antique…

F2 B3

Pour l’histoire de la ville d’Éphèse, nous renvoyons à l’article consacré à ce sujet dans l’encyclopédie Wikipédia :

L’Artémis d’Éphèse

Artémis était la déesse grecque de la chasse et de la lune (Diane, chez les Romains), sœur jumelle d’Apollon. À Éphèse la légende disait que sa statue était tombée du ciel. À cause de cela, elle était vénérée de façon particulièrement importante.

F2 B4

La déesse est représentée en ronde bosse. Elle est enfoncée dans une sorte de fourreau allant jusqu’aux pieds, ancrée dans le sol, enracinée à la Terre mère. Ce fourreau est orné d’un quadrillage dans lequel figurent des animaux de toutes espèces : cerfs, sangliers, fauves, abeilles, chèvres, taureaux, chevaux, griffons. Ses bras sont à l’angle droit en signe d’accueil, ornés de cordelettes en laine et de petites sculptures de lion regardant son visage. Elle porte généralement des boucles d’oreilles et sa tête s’appuie, en arrière, sur un reposoir où les figurations animales abondent. Elle arbore aussi une sorte de tiare, qui prend généralement la forme d’une couronne tourrelée et qui, sur certaines représentations, est quadrillée ou recouverte d’un voile.

Quant à son buste qui la rend si célèbre, il est orné d’un collier à pendentifs et sa poitrine est recouverte de protubérances qui lui ont valu le surnom de polymastos (“aux multiples seins”). Les interprétations faites à propos de ces protubérances sur la poitrine de la déesse diffèrent. Pour certains il s’agirait de seins, attribut féminin, symbole direct de la fertilité. Pour d’autres il s’agirait de testicules de taureau, voire un rapport avec la castration humaine (toute une partie du clergé masculin affecté au service du temple était castré). D’autres encore y voient des œufs ou enfin un aspect arboricole, ces reliefs représenterait alors des grappes de fruits.

 

Ci-dessous, une vidéo présentant l’Artémis d’Éphèse, avec de très belles reconstitutions 3D de la ville et du temple de la déesse.

L’ensablement d’Éphèse

Aujourd’hui, ce qui reste de la ville se trouve à l’intérieur des terres : le fleuve Caystre, qui se jette dans la mer Égée près d’Éphèse a, au cours des siècles, rempli toute la baie de ses alluvions.

Ci-dessous, 3 cartes montrant l’évolution de l’ensablement (source : Wikipédia)

F02 B1

F02 B2

F02 B3