A.2. La conversion de Saul

Saul persécuteur des chrétiens

A02 A1

Arrestation de Jésus – Terre cuite à St Pierre en Gallicante, Jérusalem

La mort d’Étienne semble avoir exalté le jeune Saul. Nous le voyons tout à coup rempli de rage et débordant d’énergie pour extirper du Judaïsme cette « dangereuse hérésie » que représentent les disciples de Jésus. Il participe activement à la persécution.

« En ce jour-là, une violente persécution se déchaîna contre l’Église de Jérusalem. Tous, à l’exception des apôtres, se dispersèrent dans les campagnes de Judée et de Samarie. Cependant des hommes dévots ensevelirent Étienne et firent sur lui de grandes lamentations. Quant à Saul, il ravageait l’Église ; allant de maison en maison, il en arrachait hommes et femmes et les jetait en prison. » (Ac 8,1-3)

 

La conversion de Saul

Le récit de cette conversion revient trois fois dans les Actes des Apôtres. St Luc veut ainsi montrer l’importance de cet événement.

D’après l’historien juif Flavius Josèphe, la ville de Damas comptait alors 50.000 Juifs. Il est donc possible que, très tôt, certains se soient convertis au Christ. La nouvelle étant arrivée à Jérusalem, et Saul décide de partir pour sévir.

Saul, ne respirant toujours que menaces et carnage à l’égard des disciples du Seigneur, alla trouver le grand prêtre et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin que, s’il y trouvait quelques adeptes de la Voie, hommes ou femmes, il les amenât enchaînés à Jérusalem. (Ac 9,1-2)

C’est un voyage de 280 km. La plupart des représentations iconographiques montrent Saul à cheval. Il est probable qu’il était à pied, accompagnant une caravane en route pour Damas. Cela représente un voyage de 7 à 8 jours.

La conversion de Paul – Statue à Damas

Nous voici à 18 km seulement de Damas, quand se produit le grand événement de la vie de Saul.

Il est environ midi, « quand soudain une lumière venue du ciel l’enveloppa de sa clarté. Tombant à terre, il entendit une voix qui lui disait : “Saoul, Saoul, pourquoi me persécutes-tu ?” – “Qui es-tu, Seigneur ?” demanda-t-il. Et lui : “Je suis Jésus que tu persécutes. Mais relève-toi, entre dans la ville, et l’on te dira ce que tu dois faire.” Ses compagnons de route s’étaient arrêtés, muets de stupeur : ils entendaient bien la voix, mais sans voir personne. Saul se releva de terre, mais, quoiqu’il eût les yeux ouverts, il ne voyait rien. » (Ac 9,4-8)

Une église a été récemment bâtie sur le lieu.

Aveuglé par la rencontre de Jésus, Saul doit faire les 18 km restants tenu par la main, comme un enfant. Et c’est ainsi qu’il entre à Damas.

Portique de l’époque romaine à Damas

Portique de l’époque romaine à Damas

A2 A21

Icône de la conversion de St Paul. À droite, Saul entre à Damas, tenu par la main

Le martyr d'Etienne

Étienne disait : « Nuques raides, oreilles et cœurs incirconcis, toujours vous résistez à l’Esprit Saint ! Tels furent vos pères, tels vous êtes ! Lequel des prophètes vos pères n’ont-ils point persécuté ? Ils ont tué ceux qui prédisaient la venue du Juste, celui-là même que maintenant vous venez de trahir et d’assassiner, vous qui avez reçu la Loi par le ministère des anges et ne l’avez pas observée. » A ces mots, leurs cœurs frémissaient de rage, et ils grinçaient des dents contre Étienne. Tout rempli de l’Esprit Saint, il fixa son regard vers le ciel ; il vit alors la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu. « Ah ! dit-il, je vois les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. » Jetant alors de grands cris, ils se bouchèrent les oreilles et, comme un seul homme, se précipitèrent sur lui, le poussèrent hors de la ville et se mirent à le lapider. Les témoins avaient déposé leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme appelé Saul. Et tandis qu’on le lapidait, Etienne faisait cette invocation : « Seigneur Jésus, reçois mon esprit. » Puis il fléchit les genoux et dit, dans un grand cri : « Seigneur, ne leur impute pas ce péché. » Et en disant cela, il s’endormit. Saul, lui, approuvait ce meurtre. (Ac 7,51-8,1)

Icône du martyre d’Étienne, avec Saul – Xe siècle

Icône du martyre d’Étienne, avec Saul – Xe siècle

Étienne a offert sa vie comme le Christ. Comme Jésus, il a pardonné à ses persécuteurs au moment de mourir. Nul doute que la conversion de Saul n’en soit le fruit magnifique.

A2 B2

La « porte des lions » ou « porte St Étienne » lieu de mémoire du martyre

Extrait d’une catéchèse de Benoit XVI sur St Etienne

Saul le persécuteur

Pour aller plus loin

Voici les versets bibliques rapportant la participation de Saul aux persécutions anti-chrétiennes :

  • Ac 9,1-2.13-14.21 ; 22,4-5.19-20 ; 26,10-11
  • Ga 1,13.23
  • 1 Co 15,9
  • Ph 3,6
  • 1 Tm 1,13
A02 B1

Soldat romain conduisant des prisonniers enchainés – Bas-relief – Smyrne

Trois récits de la conversion de Paul

On trouve trois versions de la conversion de St Paul dans le même livre des Actes des Apôtres (Ac 9,1-19, Ac 22,3-16 et Ac 26,4-18). De même que Samuel est appelé trois fois par Dieu, St Luc fait trois fois le récit de la conversion de St Paul. C’est une façon d’affirmer que c’est la volonté de Dieu qui s’accomplit. C’est aussi ce que dit Paul : « Paul, appelé à être apôtre de Christ Jésus par la volonté de Dieu » (1 Co 1,1).

Le 1e récit s’inscrit dans la chronologie des événements. Le 2e est une présentation faite par Paul aux Juifs réclamant sa mort, dans le Temple, lors de son arrestation. Le 3e est une présentation faite par Paul devant le gouverneur Festus et le roi Agrippa. Le cadre et les circonstances étant différents, St Luc écrit habilement des récits assez différents.

Ce que Paul dit de sa conversion

Paul lui-même reste assez discret sur sa conversion.

Conversion de St Paul - Caravaggio

Conversion de St Paul – Caravaggio

  • Gal 1,11-17
    • C’est d’abord une « révélation » (versets 12 et 16)
    • Cette conversion est une grâce, inattendue, imméritée. « Celui qui dès le sein maternel m’a mis à part et appelé par sa grâce » (Gal 1,15). Cela donne sans doute à Paul cette conscience que « tout est grâce », que « c’est par grâce que vous êtes sauvés, moyennant la foi. Cela ne vient pas de vous, c’est un don de Dieu » (Ep 2,5). « Où le péché s’est multiplié, la grâce a surabondé » (Rm 5,20).
  • Gal 1,16 : Cette conversion est en vue d’une mission « pour que je l’annonce parmi les païens ».
  • 1 Co 9,1 : « Ne suis-je pas apôtre ? N’ai-je pas vu Jésus le Seigneur ? » C’est parce que Paul a vu le Seigneur qu’il peut revendiquer le titre d’apôtre. Les Actes ne parlent pas de vision de Jésus, mais seulement de lumière, avec laquelle Paul parle. Ce n’est pas contradictoire. Pour Luc, on ne peut plus « voir » Jésus depuis l’Ascension. Cela rentre dans le projet catéchétique de son œuvre. Ainsi, il parle de « lumière ». Mais Paul ne se situe pas dans ce projet scripturaire de Luc, et il affirme clairement qu’il a « vu » Jésus.
  • 1 Co 15,8 : « Après eux tous, il m’est apparu à moi aussi, comme à l’avorton ».
  • 2 Co 3,15-18 : Paul partage certainement son expérience. En référence à Moïse, qui portait un voile sur le visage, Paul affirme que le cœur des Juifs est comme recouvert d’un voile qui les empêche de reconnaître que Jésus est le Messie. C’est ce qu’il a vécu. Mais en venant à sa rencontre, près de Damas, le Christ a enlevé ce voile.
  • Ph 3,4-11 : La conversion au Christ change le regard sur le Judaïsme. Ce qui était avantage devient désavantage. « Être trouvé en lui » : dans la rencontre du Christ, Paul a compris que Jésus est dans ceux qu’il persécute. Alors la vie chrétienne, c’est d’être en lui, Jésus, et que lui, Jésus, soit dans le chrétien.